Ah, ce fameux conditionnement !!

Cette constante recherche à l’extérieur de ce qui nous rendrait heureux ! 

Cet acharnement à nous faire du mal !

Cette totale absence de confiance en nous et cette carapace, cette cuirasse qui nous empêche d’être nous-même !

Et si on décidait de rentrer chez nous ? d’entrer à l’intérieur de soi ? et de se connecter à notre cœur ?

Et si aujourd’hui, vous décidiez de renaître. C’est l’occasion idéale pour nous de nous poser avec nous-même et de prendre la responsabilité de notre vie, de se libérer de nos peurs et d’avancer avec confiance, la tête haute, les épaules ouvertes, le cœur ouvert, l’esprit alerte aux signes.

Prenez conscience de vos peurs

Qu’est ce qui nous empêche aujourd’hui d’être pleinement soi ? La peur d’être ridicule ? La peur de mal faire ? La peur de s’affirmer ? La peur de faire du mal à l’autre ? La peur de perdre ce qu’on a ? La peur d’être jugé ?

Arrêtez-vous un instant.

Ouvrez tous vos sens à l’écoute de votre cœur. Que vous dit-il ?

Votre cœur n’a pas peur. Car les peurs sont des concepts créés par notre mental. En acceptant de ne pas agir à cause de la peur qui vous tétanise, vous donnez raison à votre esprit et alimenter encore plus ce sentiment de peur qui vous bloque dans votre quotidien.

Combien de personnes me disent : « Si j’avais pas peur, je ferais ….. »

Prenez conscience que vos peurs n’existent pas dans l’instant présent. Prenez conscience que vos peurs ne sont que projection de votre passé dans votre futur.

Alors autorisez-vous à ETRE, à VIVRE, à VIBRER, à VIVRE, à RIRE.

Développer un intérêt, de la curiosité et de la sensibilité de ce qui vous nourrit à l’intérieur.

En vous autorisant à être en fonction de vos réelles envies, et non en fonction de l’extérieur (regard des autres, avis de votre entourage, etc), vous deviendrez plus conscient de vos potentialités et favoriserez du même coup l’ouverture du portail donnant accès à votre cœur.

Autorisez-vous à être avec vous-même

Réservez-vous chaque semaine une vingtaine de minutes pendant lesquelles vous ne rendez de compte à personne d’autre qu’à vous.

Durant ce temps, faites quelque chose qui vous fasse grandement plaisir, que vous aimez particulièrement faire. Ce peut être jouer du piano, écouter de la musique, vous balader à la mer, rêvasser, peindre, écrire … Peu importe, une activité que vous ne prenez jamais le temps de faire.

Rappelez-vous, quand votre mental revient en force pour vous dire que vous n’avez aucunement de temps à vous consacrer, que ce temps est précieux pour vous. C’est votre jardin intérieur que vous visitez pour vous ressourcer.

Expliquez à votre entourage que vous avez besoin et EN – VIE de passer du temps avec vous-même et que ce temps pour vous est très important.

Et remerciez-vous à chaque fois du temps que vous vous êtes consacré.

Et demandez – vous : « ET SI JE N’AVAIS PAS PEUR, que ferais-je ? »

Chaque matin ou chaque soir, prenez quelques minutes, soit en prenant votre douche, soit en vous préparant pour la journée, pour compléter la phrase suivante :

ET SI JE N’AVAIS PAS PEUR, je ….

Notez vos idées sur un cahier. Prenez le temps de ressentir les émotions que ces idées vous font vivre au plus profond de vous-même.

Exemple :

Si je n’avais pas peur, je partirais en voyage seul(e)

Si je n’avais pas peur, j’écrirais un livre

Si je n’avais pas peur, je ferais du théatre

Si je n’avais pas peur, je prendrais du temps pour être avec mes amis

Et peut-être que ces idées venues spontanément dans votre esprit sont les clés de la libération de votre âme ? Concrétisez ensuite chacune de vos idées.

Si vous souhaitez faire du théâtre, regardez autour de vous, les différentes écoles de théâtre. Affiner votre envie. Quel type de pièce me ferait vibrer ? Impro ? Texte ? Puis, parlez-en autour de vous.

Laissez-vous guider par la magie de la vie et les synchronicités qui seront sur votre chemin. Car c’est votre cœur qui a parlé.

Catégories : Blog

1 commentaire

Sylvaine Thomas · 10 mars 2021 à 14 h 17 min

Bonjour Gaëlle,
Merci !!
Je suis contente du chemin parcouru même si de nouvelles envies sont là aujourd’hui dûes à des distorsions où m’a emmené un penchant pour la passion et l’intensité.
Petite remarque quant à la peur en ce qui me concerne, j’ai la sensation que ce sont plus les doutes et l’amplitude des choix et des possibles qui me maintenaient dans une certaine inertie.
La pause est effectivement bienvenue.
Merci pour ces quelques clés et pistes de dé-cristallisation…. et de changement…
Bon mois de Mars, Sylvaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *